© Marc Sardi / WWF-Canada lavender growing in an urban garden

Projets Biopolis

Explorez les nombreux projets Biopolis et découvrez de quelles façons les citoyen.ne.s, les chercheurs.e.s, les institutions, les entreprises et les organisations communautaires soutiennent la biodiversité urbaine de partout au Québec.

Explorez les projets

Les projets répertoriés par Biopolis sont issus de tous les milieux et se veulent une source d’inspiration pour tou.te.s. Ils ont été sélectionnés selon leurs objectifs de mise en valeur et de préservation de la biodiversité urbaine. Explorez les nombreux projets et découvrez comment les citoyen.ne.s, les chercheur.se.s, les institutions, les entreprises et les organisations communautaires mettent les mains à la terre pour soutenir notre biodiversité. Un projet spécifique vous inspire? N’hésitez pas à contacter les responsables!

Projets Biopolis

Filtrer les résultats
Thèmes
provinces

    Aménagement de l’étang Roger-Paquet

    Aménagement de l’étang Roger-Paquet

    Au cours des dernières années, l’environnement entourant l’étang Roger-Paquet a subi plusieurs perturbations. Les castors avaient fait tomber plusieurs arbres et des espèces exotiques envahissantes, comme la renouée du Japon et le phragmite, représentaient une réelle menace pour la biodiversité et l’accès à l’étang. En 2018 s’ajoutaient des travaux de rabaissement du barrage Zachée-Langlais situé à proximité, abaissant le niveau d’eau de la rivière Nicolet et de l’étang à un point critique. Des mesures majeures devaient être prises par la Ville pour maintenir ce lieu historique à valeur écologique élevée.asts, photographers and families have made this place theirs.

    À partir d’un budget restreint, mais d’une grande volonté de travailler en collaboration, le Service de l’environnement de la Ville de Victoriaville a monté un projet afin de mettre en valeur ce milieu humide tout en le rendant accessible à tou.te.s, incluant aux personnes à mobilité réduite, en créant un sentier de bois et une aire de repos unique. Ces travaux ont permis de rendre le lieu plus éducatif, notamment grâce à l’ajout de panneaux d’interprétation sur les oiseaux, et plus bénéfique pour la faune, avec la plantation d’arbres et d’arbustes indigènes et l’installation de nichoirs, de roches et de billots de bois pour les canards et autres espèces.

    Depuis son inauguration à l’automne 2019, les ornithologues, les enseignant.e.s, les passionné.e.s de yoga, les photographes et les familles s’approprient ce lieu situé à quelques pas seulement du centre-ville.

    EN SAVOIR PLUS

    Jardin pluvial du sentier Niakwa

    Jardin pluvial du sentier Niakwa

    Le jardin pluvial est conçu pour collecter les eaux de ruissellement qui proviennent du toit et du stationnement du Great Canadian Superstore situé sur la rue Anne’s Road à Winnipeg, avec une aire de rétention de 9860 mètres carrés (2,4 acres). Le jardin a d’abord été créé par la plantation de 670 plantes indigènes appartenant à 58 espèces, pour couvrir une aire de 460 mètres carrés. Les plantes et la terre agissent comme un système de filtration naturel, retirant la pollution et les contaminants de l’eau. L’eau percole ensuite vers un drain enfoui se déversant dans la rivière Seine, apportant de l’eau propre en aval. Depuis sa plantation initiale, le jardin pluvial continue d’être entretenu et bonifié par l’ajout de plantes additionnelles.

    EN SAVOIR PLUS

    Mise en valeur du marais Molson

    Mise en valeur du marais Molson

    Le Comité de Surveillance Louis-Riel (CSLR) a amorcé en 2015 des travaux d’aménagement et de mise en valeur du marais Molson, situé dans le parc du Boisé-Jean-Milot, à l’angle du boulevard Langelier et de la rue Bélanger dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Ce projet aura permis de restaurer le sentier du marais, d’aménager une passerelle de 20 mètres en plus d’installer neuf panneaux d’interprétation visant à valoriser les comportements responsables à adopter dans ces milieux et à sensibiliser les utilisateurs aux éléments de biodiversité présents dans le parc. Au cours des prochaines années, le CSLR souhaite poursuivre ses efforts visant à restaurer le marais Molson.

    Le parc du Boisé-Jean-Milot est riche d’une topographie particulière ; en effet, cette jeune forêt est répartie de part et d’autre d’une pente abrupte au pied de laquelle se trouve le lit d’un ancien ruisseau faisant place aujourd’hui au marais Molson. Ce milieu humide joue un rôle important pour la biodiversité du Boisé-Jean-Milot. Récemment découvert, ce point d’eau était dissimulé par le roseau commun qui envahissait le site en question. Des mesures d’éradication du roseau commun ont été mise en oeuvre dans le cadre du projet afin de permettre à l’eau de remplir le marais à nouveau.

    EN SAVOIR PLUS

    Diversité floristique des marécages riverains

    Diversité floristique des marécages riverains

    Impacts de l’urbanisation sur la diversité floristique des marécages riverains – IRBV – Université de Montréal

    L’urbanisation représente une menace majeure pour la biodiversité, favorisant généralement une homogénéisation des communautés floristiques. Cette menace est d’autant plus grande dans les milieux riverains où les communautés sont à la fois perturbées par les activités humaines environnantes que par la gestion des niveaux d’eau des rivières. La canalisation des eaux de pluie vers le réseau de drainage artificiel est aussi une menace importante pour ces habitats dont la dynamique dépend de la présence d’eau.

    Les objectifs de ce projet étaient de déterminer quels sont les processus qui influencent la composition floristique (espèces et traits fonctionnels) des marécages riverains urbains, de déterminer si l’urbanisation entraîne une homogénéisation biotique de la flore de ces milieux et d’évaluer le rôle des espèces exotiques dans ce phénomène. Pour ce faire, 57 parcelles de forêts riveraines ont été échantillonnées dans la grande région de Montréal, dont une quinzaine sur le territoire de la Ville de Montréal.

    Cette étude a permis de démontrer que la flore des marécages riverains était principalement influencée par des facteurs environnementaux et surtout par l’intensité des inondations. L’impact de l’urbanisation étant indirect par le biais de l’altération du régime hydrologique des rivières réduisant la susceptibilité aux inondations. L’urbanisation a également induit une différenciation taxonomique et fonctionnelle de la flore, c’est-à-dire une augmentation de la diversité entre les communautés. Cette différenciation s’explique par l’assèchement des marécages les plus urbanisés favorisant ainsi l’établissement d’espèces terrestres.

    EN SAVOIR PLUS

    Diversité biologique des étangs de Montréal

    Diversité biologique des étangs de Montréal

    Diversité biologique et typologie écologique des étangs et petits lacs de la Ville de Montréal – GRIL (Groupe de Recherche Interuniversitaire en Limnologie et Environnement Aquatique) – Université de Montréal.

    La biodiversité est une caractéristique essentielle à prendre en compte dans un plan de conservation et d’aménagement des plans d’eau en région urbaine en accord avec les principes de développement durable. Celle-ci est déterminée par la diversité et la qualité environnementale des écosystèmes lacustres et des étangs en milieu urbain, deux paramètres encore rarement mesurés en Amérique du Nord.

    Le projet a pour objectif primordial de qualifier la biodiversité ainsi que les structures des communautés aquatiques de 20 plans d’eau urbains de la ville de Montréal. L’objectif final est de définir des indicateurs biologiques reliés à la qualité des milieux qui répondent aux changements des facteurs environnementaux et aux types d’aménagement.

    En effet, les plans d’eau urbains de la ville de Montréal supportent une forte biodiversité de plancton et de macro-invertébrés, et différentes structures de communautés. Les principaux facteurs environnementaux expliquant la variation dans la diversité et la structure des communautés sont l’origine des plans d’eau, la présence de macrophytes et de poissons, le niveau trophique ainsi que les pratiques d’aménagement. Afin de mieux préserver la biodiversité dans ces plans d’eau, nous faisons les recommandations suivantes : maintenir une végétation littorale, une variation dans les types d’étangs ainsi qu’un aménagement optimal.

    EN SAVOIR PLUS

    Conservation des colonies de sternes du fleuve Saint-Laurent

    Conservation des colonies de sternes du fleuve Saint-Laurent

    Héritage Laurentien a été mandaté par Environnement Canada pour réaliser un projet de protection et de recensement des colonies de sternes pierregarins situées sur les petites îles rocheuses, au large des arrondissements de Verdun et Lasalle.

    Plusieurs perturbations anthropiques et naturelles nuisent au succès de reproduction des sternes nichant sur les îles en question. Ces perturbations incluent les kayakistes, les motomarines et les autres embarcations qui s’aventurent trop près des îles où nidifient les sternes. Certains usagers vont même jusqu’à délibérément s’approcher des nids et des poussins. De plus, certaines espèces agressives, comme le roseau commun (phragmite) et le goéland à bec cerclé, envahissent eux aussi les îles et réduisent grandement l’espace disponible pour la nidification des sternes.

    L’équipe d’experts de la faune d’Héritage Laurentien réalisera un inventaire des nids de sternes et installera un dispositif de protection sur les îles où se trouvent les colonies. Ce dispositif consiste en un type de filet à larges mailles qui permet aux sternes d’accéder à leurs nids, mais qui empêche les goélands d’atterrir sur les îles. Le projet comprend également un volet de sensibilisation au sujet des enjeux reliés aux colonies de sternes et à l’écosystème des îles du fleuve Saint-Laurent. Les compagnies de location d’équipement nautique ont déjà été sensibilisées à ces enjeux et une conférence sera offerte aux citoyens suite à l’analyse des résultats de l’inventaire. Un permis du gouvernement fédéral a été octroyé pour réaliser ce projet et un rapport sur l’état des colonies sera remis à Environnement Canada.

    EN SAVOIR PLUS

    Jardin de pluie, biorétention – Boulevard Décarie

    Jardin de pluie, biorétention – Boulevard Décarie

    La Ville de Montréal a mandaté Vinci Consultants en 2011 pour superviser la conception et la performance de l’ilot de biorétention du boulevard Décarie, entre la rue Saint-Jacques et l’avenue Crowley, un jardin de pluie destiné à la captation des eaux de ruissèlement. Le segment de rue à l’étude d’une longueur de 200 mètres, qui comprend quatre voies de circulation et une voie de stationnement, a été réaménagée pour supporter l’entrée au site du nouveau Centre universitaire de santé McGill. Le désir du client était de réaliser un projet efficace de gestion des eaux pluviales à la fois esthétique, novateur et qui contribuerait à la lutte aux ilots de chaleur qui ont un impact significatif sur la santé publique.

    Le mandat incluait, dans un premier temps, une étude de faisabilité réalisée en partenariat avec les architectes paysagistes de Fahey et Associés et la directrice de l’urbanisme de l’entreprise mandatée, Pascale Rouillé. Cette étude a permis de répertorier dans une grille d’analyse plusieurs alternatives proposées pour la gestion durable des eaux de ruissèlement du boulevard. L’option retenue a été celle d’un ilot de biorétention de six mètres de large situé en mail central et permettant le drainage, la rétention et le traitement des eaux de ruissèlement.

    Ensuite, le mandat comprenait la supervision des plans et devis d’excavation conçus par une firme indépendante. Vinci Consultants a également été mandaté afin de superviser les travaux de construction, d’évaluer la performance et l’acceptabilité sociale du projet et d’assurer l’émission d’un certificat de réception final des travaux.

    EN SAVOIR PLUS

    Mon fleuve et moi

    Mon fleuve et moi

    Mon fleuve et moi est le premier projet pédagogique visant à rapprocher les jeunes du fleuve Saint-Laurent, à les informer et à les sensibiliser aux enjeux entourant sa protection, sa mise en valeur et son développement.

    Le projet comprend une trousse pédagogique et un concours de dessins s’adressant aux élèves des niveaux primaire, secondaire, collégial et de la formation professionnelle de toutes les régions du Québec. Après avoir approfondi leurs connaissances du fleuve Saint-Laurent grâce à la trousse pédagogique, les élèves sont invités à transmettre leur vision du fleuve à travers les arts, par le dessin.

    EN SAVOIR PLUS

    Pêche Scientifique

    Pêche Scientifique

    L’objectif premier de la pêche scientifique est de faire découvrir aux citoyens la multitude d’espèces de poissons vivant dans les eaux entourant le parc des Rapides, situé dans l’arrondissement LaSalle. Les spécialistes de la faune d’Héritage Laurentien en font ensuite l’inventaire afin d’évaluer la richesse de sa biodiversité.

    Le public est invité à participer aux manipulations, dans l’optique de promouvoir la science citoyenne. Depuis les débuts de cette activité, plus de 50 espèces de poissons ont été recensées, dont l’esturgeon jaune et l’alose savoureuse, deux espèces en situation précaire au Québec. Les données recueillies lors de ces études confirment que le parc des Rapides jouit d’une biodiversité ichtyologique très élevée à mettre en valeur et à protéger.

    EN SAVOIR PLUS

    J’Adopte un cours d’eau

    J’Adopte un cours d’eau

    J’Adopte un cours d’eau vise à sensibiliser, éduquer et faire participer les décideurs de demain, les enfants, à la protection de l’environnement dans une perspective de développement durable et de gestion par bassin versant.

    À l’aide d’un matériel scientifique simple d’utilisation et de documents pédagogiques, le projet permet aux élèves de 10 à 15 ans de participer activement à la protection de l’eau. De plus, il permet de mettre en relation divers domaines d’apprentissages dans un projet concret et stimulant.

    EN SAVOIR PLUS

    Pêche en herbe

    Pêche en herbe

    Pêche en herbe est une activité d’initiation à la pêche sportive offerte aux jeunes montréalais de 9 à 12 ans. L’activité, qui consiste en une formation complète suivie d’une période de pêche supervisée, leur offre les outils nécessaires pour qu’ils puissent retourner pêcher de façon autonome dès le lendemain.

    EN SAVOIR PLUS

    Suivi des espèces exotiques envahissantes

    Suivi des espèces exotiques envahissantes

    Le Comité ZIP Jacques-Cartier est mandaté par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC) pour réaliser le suivi de l’évolution des plantes exotiques envahissantes le long du fleuve Saint-Laurent. Les sites sont inventoriés sur une rotation de trois ans.

    EN SAVOIR PLUS