© Hannah Polaczek WWF working with Indigenous partners

La conservation menée par les Autochtones

Les Premières nations, les Inuit.e.s et les Métis.ses sont des défenseurs.es des ressources naturelles et des partenaires essentiel.le.s à la réalisation de notre mission.

Notre engagement à collaborer avec des partenaires autochtones

Selon nous, la conservation menée par les Autochtones est la façon la plus efficace, la plus équitable et la plus efficiente de préserver cette nature que nous avons tou.te.s à cœur. Notre travail a évolué dans le temps pour qu’il soit plus inclusif et, lorsque c’est possible, mené par des partenaires autochtones. Nous comptons bien suivre de plus en plus souvent ce modèle de collaboration.

© Brandon Laforest team meeting

Notre approche

Nous formons des partenariats avec les Premières Nations, les Métis.ses et les Inuit.e.s sur leurs territoires traditionnels de terre et d’eau, car la conservation menée par les Autochtones soutient et intègre le savoir, la souveraineté et les recommandations autochtones en se centrant sur les besoins spécifiques des communautés et des nations locales. Ces communautés sont les expertes qui gèrent ces territoires depuis toujours. Leur leadership est crucial pour la conservation des espèces et des habitats, en plus de faire progresser la réconciliation et d’assurer la stabilité économique et la sécurité alimentaire.

Maintenant que nous déployons notre nouveau plan stratégique des 10 prochaines années, nous nous engageons à intégrer les recommandations et le savoir autochtones dans nos pratiques de travail, ce qui inclut de travailler en partenariat avec des communautés autochtones et de les soutenir aux endroits et aux moments requis. Cette approche est essentielle à la conservation et à la restauration des écosystèmes, et à la lutte contre le déclin des espèces et la crise climatique.

Projets et partenariats menés par des Autochtones

Le WWF-Canada soutient entre autres des programmes comme les aires protégées et de conservation autochtones (APCA) et les aires gérées et protégées par les Inuit.e.s. Nous avons aussi développé des partenariats avec des communautés et des groupes autochtones pour défendre des causes et des préoccupations communes, et atteindre des objectifs partagés. Sur la Côte ouest, nous avons aidé la Première Nation Katzie à restaurer avec succès un habitat endommagé du saumon quinnat dans le ruisseau Blue, un affluent de la rivière Upper Pitt. Nous collaborons présentement avec la Première Nation Gitga’at dans la forêt pluviale du Grand Ours sur un projet de suivi acoustique pour réduire les impacts de la navigation sur les rorquals à bosses, les rorquals communs et les épaulards. Dans les Maritimes, nous soutenons les efforts des Malécites pour créer un cadre de gestion pour le bassin versant du Wolastoq (fleuve Saint-Jean), qui est menacé.

Nous avons aussi aidé à financer les programmes de gardien.ne.s avec la Première Nation Kaska Dena pour protéger la rivière Liard, qui coule en Colombie-Britannique, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest. Nous travaillons de façon similaire avec des communautés inuites du Nunavut pour protéger les hardes de caribous en déclin et leurs habitats, ainsi que d’autres espèces arctiques menacées.

Nous travaillons avec des communautés autochtones sur des projets de recherche en conservation. Ensemble, nous avons pour but de combiner la science et le savoir autochtone pour trouver des solutions aux menaces environnementales les plus urgentes. Par exemple, nos recherches initiales sur le Dernier refuge de glace – là où les scientifiques du climat prévoient que la banquise perdurera le plus longtemps dans notre monde en réchauffement, ont fourni une base à l’Association inuite Qikiqtani pour négocier la protection du Tuvaijuittuq, une aire marine protégée plus grande que le Labrador. C’est maintenant un refuge climatique pour les espèces qui dépendent de la banquise, en plus de bénéficier aussi à l’économie des communautés locales. Pour nous assurer que nous soutenons des objectifs communs, nous avons aussi investi dans la réalisation de sondages d’opinions dans le Nord, abordant des enjeux comme la protection des aires de mise bas du caribou et le forage pétrolier et gazier extracôtier.

Le WWF-Canada croit que la reconnaissance et la compréhension des droits, des territoires, de la loi et de la culture des peuples autochtones est cruciale pour assurer un développement inclusif et durable, et progresser sur la voie de la réconciliation.