© Paul Nicklen_National Geographic Stock / WWF-Canada A pod of male narwhal in Nunavut, Canada

Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique

Le Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique soutient la recherche et les mesures d’intendance visant à préserver certaines des espèces les plus emblématiques du Canada.

Protéger les espèces dans un Arctique en changement

Le Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique soutient d’exceptionnelles mesures d’intendance et de recherche axées sur les espèces et les habitats de l’Arctique canadien. Le WWF-Canada s’appuie sur des partenariats avec des organisations autochtones et sur les meilleures données disponibles pour défendre conjointement des politiques et des lois efficaces en matière de conservation de l’Arctique. Créé en 2015, le Fonds est fier de soutenir des mesures de conservation appliquées qui concernent les espèces arctiques, notamment le morse de l’Atlantique, le caribou toundrique, le béluga, la baleine boréale, le narval, l’ours polaire et le phoque annelé.

Arctic Species Conservation Map 2021

Une histoire à succès

Depuis la création du Fonds en 2016, plus de 70 projets ont été soutenus à travers l’Arctique canadien. Les résultats de ces projets comprennent :

  • La surveillance communautaire a permis de découvrir que les hormones de stress des narvals ont connu une augmentation de 100 % dans les dernières années à mesure que la navigation s’intensifie et que le climat se réchauffe
  • La cartographie de tous les habitats connus de tanières d’ours polaires à travers l’Arctique canadien
  • La mise à jour des estimations des sous-populations d’ours polaires, incluant de bonnes nouvelles pour les sous-populations du chenal M’Clintock et du golfe de Boothia
  • La cartographie des aires de mise bas des hardes de caribou en déclin de l’île de Baffin, grâce à des ateliers d’Inuit Qaujimajatuqangit (savoir inuit).
  • Une nouvelle méthode d’étude des impacts des perturbations issues des activités minières sur le caribou toundrique
  • La découverte d’une nouvelle façon pour le narval d’utiliser sa défense pour se nourrir, dans la région du détroit de Tremblay;
  • Le développement d’une méthode de recherche non invasive utilisant des drones pour étudier les habitudes alimentaires et les paramètres démographiques associés aux populations de baleines boréales;
  • La surveillance acoustique et l’analyse basée sur des relevés aériens, afin de déterminer comment le trafic maritime accru et les opérations brise-glace effectuées le long des voies de navigation proposées affectent les mammifères marins au nord de l’île de Baffin;
  • La cartographie de toutes les échoueries de morses connues au Canada pour plaider en faveur de l’évitement de ces zones par les navires par l’entremise des Guides pour les navigateur.trice.s et en intervenant dans les projets de développement industriel.

Qui peut déposer une demande?

Les candidat.e.s de tout horizon (groupes communautaires, organisations de chasseur.se.s et trappeur.se.s, gouvernements, universités, chercheur.se.s indépendant.e.s, organisation non-gouvernementales, etc.) et de tous les champs d’étude (savoirs autochtones, Qaujimajatuqangit inuit(IQ), sciences de la nature, sciences sociales, etc.) sont éligibles.

Les types de projets priorisés par le Fonds sont les suivants :

  • Projets d’aire protégée et de conservation autochtone à tout stade de développement
  • Initiatives permettant aux communautés de participer à la planification de l’aménagement du territoire, aux évaluations d’impact environnemental, aux évaluations des stratégies environnementales, au processus d’inscription des espèces en péril, etc.
  • Études sur la résilience des habitats arctiques
  • Projets démontrant le potentiel d’opportunités économiques des programmes de conservation pour les communautés nordiques
  • Projets de solutions basées sur la nature pour identifier, restaurer ou protéger des zones de séquestration du carbone
  • Compréhension des effets du bruit sous-marin, du bris des glaces et des marées noires sur les mammifères marins

  • Compréhension de l’impact des contaminants produits par les navires (carbone noir, eaux grises, métaux lourds, espèces envahissantes, microplastiques, effluents d’épurateurs, etc.) sur les mammifères marins et les habitats marins de l’Arctique
  • Recherche pour approfondir notre compréhension des effets qu’ont les routes, les sites de développement industriel et d’autres formes de perturbations sur les caribous et leur habitat
  • Identification et définition de l’habitat essentiel du caribou
  • Élaboration et application de méthodes visant à réduire les conflits entre les ours et les humains au sein des communautés

Les projets du Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique

© naturepl.com / Sue Flood / WWF Des bélugas (Delphinapterus leucas) pris à un trou d'air trop loin de la mer libre.

Baleines arctiques

  • Évaluation de l’impact du bruit sous-marin des navires sur les baleines boréales dans le bassin de Foxe, NU

Ce projet de trois ans s’appuie sur des données existantes provenant de balises satellites. Il contribuera à une occasion unique de combiner les données sur les déplacements et les données acoustiques pour créer une représentation détaillée en trois dimensions de la façon dont les baleines boréales réagissent aux bruits sous-marins d’origine humaine. Stratégiquement situé dans une zone destinée à accueillir un trafic maritime important à l’avenir, ce projet fournira un outil précieux pour gérer les impacts anticipés liés aux activités minières prévues dans la région.

Partenaires du projet – Wildlife Conservation Society Canada, Mitacs, Pêches et Océans Canada, Igloolik Hunters and Trappers Organization

  • Analyse des données provenant du Camp Narval pour déterminer où vont les narvals et comment ils s’y rendent

Au cours de sa troisième et dernière année, ce projet de recherche poursuit l’analyse de décennies de données sur les déplacements des narvals afin de déterminer les routes de migration et les habitats d’escale importants. Le travail examine également la façon dont le réchauffement climatique et la hausse du trafic maritime affectent les baleines. Une fois achevé, ce travail sera appliqué aux processus d’examens environnementaux en cours et à la planification des aires protégées dans la région de la baie de Baffin, qui abrite 90 % des narvals du monde.

Partenaires du projet – Université de Windsor, Pêches et Océans Canada, Mitacs

© Peter Ewins / WWF-Canada polar bears

Ours polaires

  • Climat, conflit et coexistence : Identification des facteurs influençant l’interaction entre humains et ours polaires dans le sud de la baie d’Hudson

Dans le contexte des impacts croissants des dérèglements climatiques à l’extrémité sud de l’aire de répartition de l’ours polaire, ce projet visait à réduire les conflits entre humains et ours polaires dans le sud de la baie d’Hudson. Grâce aux chercheur.se.s qui travaillent avec les communautés du nord de l’Ontario pour documenter leurs priorités et planifier la conservation, ce projet appuiera des efforts de gestion régionale plus larges, et développera et renforcera le partage des connaissances et les efforts de mise en œuvre pour l’aire marine nationale de conservation de Mushkegowuk récemment annoncée.

Partenaires du projet – Université York; ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs de l’Ontario; Environnement et Changement climatique Canada; Polar Bears International; Savoir polaire Canada

  • Réduire les conflits entre humains et ours polaires à Whale Cove, NU

Le WWF poursuit son partenariat avec la Issatik Hunters & Trappers Organization à Whale Cove, au Nunavut, dans le but de réduire les conflits entre humains et ours polaires dans la communauté. Alors que les dérèglements climatiques continuent d’avoir des effets négatifs sur les systèmes écologiques vulnérables de l’ouest de la baie d’Hudson, tant les ours que les humains se retrouvent plus fréquemment que jamais dans des situations dangereuses. Sous la direction de la Issatik HTO, les surveillants d’ours et l’intervenante auprès de la jeunesse travaillent avec diligence pour assurer la sécurité de la communauté et documenter leurs observations sur les facteurs qui influencent le comportement des ours polaires.

Partenaires du projet Issatik Hunters & Trappers Organization, Nunavut Tunngavik Incorporated

  • Suivi des ours polaires problématiques pour améliorer la sécurité des communautés et des ours

Le WWF est un partenaire de longue date de l’étude de télémétrie des ours polaires la plus complète au monde, qui se déroule dans la région de Churchill, au Manitoba. Cette année, le projet continue de suivre les déplacements des ours polaires qui ont causé des problèmes à Churchill, afin de mieux comprendre quels types d’ours sont sujets à des conflits. Les constatations seront intégrées à la planification pour minimiser les conflits entre humains et ours polaires et pour améliorer la sécurité des communautés.

Partenaires du projet Université de l’Alberta, ministère de la Conservation et du Climat du gouvernement du Manitoba, Environnement et Changement climatique Canada, ministère de l’Environnement du gouvernement du Nunavut

© Lin Pepper Walrus (Odobenus rosmarus) in Poolepynton point in Svalbard, Norway

Phoques et morses

  • Évaluation du comportement et de la perturbation des morses au sein des échoueries à l’aide de la télémétrie par satellite et de caméras fixes

Cette recherche menée par la communauté documentera les réactions des morses aux perturbations comme le passage de navires – des perturbations qui, tel que déjà démontré, poussent les morses à abandonner leurs sites d’échouerie de prédilection. En collaboration avec les technicien.ne.s de recherche de Sanirajak, au Nunavut, les chercheur.se.s vont déployer des balises sur les morses afin de suivre leurs déplacements. Les données ainsi recueillies, combinées à celles provenant des pièges photographiques installés dans les échoueries de morses, permettront de mieux comprendre l’utilisation de l’habitat à différents moments de la journée et la façon dont les morses réagissent à la hausse du trafic maritime dans l’Arctique canadien.

Partenaires du projet Pêches et Océans Canada, Sanirajak Hunters and Trappers Organization

  • Préparation d’un plan de surveillance du phoque annelé pour le projet Mary River de la société Baffinland

Les chercheur.se.s et les chasseur.se.s collaboreront à l’élaboration d’un plan de surveillance exemplaire, fondé sur les connaissances locales, afin d’examiner les effets de la navigation industrielle sur les phoques. Il s’agit d’une réponse directe au plan élaboré par une société minière pour assurer la protection du très important phoque annelé pendant sa saison de navigation maritime – un plan jugé inadéquat par la communauté de Pond Inlet, au Nunavut. Ce projet témoigne de l’importance des partenariats entre les chercheur.se.s et les utilisateur.rice.s des terres pour servir les intérêts des habitant.e.s du Nord et faire en sorte que les voix des communautés locales soient entendues lors du suivi et de l’évaluation des projets.

Partenaires du projet LGL Limited, Mittimatalik Hunters & Trappers Organization

  • Enquête sur la présence de contaminants liés au plastique chez le morse de l’Atlantique

L’année dernière, des scientifiques ont recherché des traces de microplastiques dans des échantillons d’estomacs de morses provenant de cinq récoltes communautaires différentes du Nunavut. Les résultats préliminaires ont conduit à une analyse plus poussée du lard (graisse) et du foie des mêmes morses afin de déterminer la présence de contaminants liés au plastique et dérivés du plastique. Les résultats donneront aux communautés du Nunavut des renseignements qui les aideront à répondre à leurs préoccupations de longue date concernant la contamination des sources alimentaires traditionnelles.

Partenaires du projet – Environnement et Changement climatique Canada, Pêches et Océans Canada, Université Carleton, Gamberg Consulting, Amaruq Hunters and Trappers Organization

© Alexandre Paiement Barren Ground Caribou

Caribou toundrique

  • Programme de surveillance du caribou toundrique du lac Baker

En développant son programme de surveillance des espèces sur la route « toute saison » de la mine Meadowbank d’Agnico Eagle, la Baker Lake Hunters and Trappers Organization a créé une occasion pour un.e jeune de la région d’acquérir une précieuse expérience professionnelle dans le domaine de l’environnement tout en contribuant à une meilleure compréhension des impacts de la route sur les espèces locales, en particulier le caribou toundrique. Le.la jeune surveillant.e d’espèces travaillera aux côtés de surveillant.e.s d’espèces expérimenté.e.s lors de patrouilles pour recueillir et rapporter des données environnementales pertinentes pour les évaluations environnementales en cours et les opérations minières.

Partenaires du projet Baker Lake Hunters and Trappers Organization

  • Cogestion pour la conservation du caribou : Préparer les 10 prochaines années du Beverly and Qamanirjuaq Caribou Management Board

Le Beverly and Qamanirjuaq Caribou Management Board (BQCMB) est un conseil de cogestion intergouvernemental qui travaille sans relâche à la sauvegarde des hardes de caribous toundriques de Beverly et Qamanirjuaq, et à la conservation à long terme de ces troupeaux pour les personnes qui en dépendent. Fervent défenseur de la conservation du caribou et de la protection de ses aires de mise bas, le WWF-Canada est fier de soutenir le BQCMB en lui accordant une subvention cette année, alors qu’il élabore un nouveau plan décennal pour guider les mesures futures du conseil.

Partenaires du projet Beverly and Qamanirjuaq Caribou Management Board

À propos de notre travail en Arctique

Notre équipe dévouée de chercheur.se.s et spécialistes de la conservation travaille sans cesse pour collecter des faits et des données pour mieux diriger leurs efforts. Une section de ce site est dédiée à leur travail.

En savoir plus