© Paul Nicklen_National Geographic Stock / WWF-Canada A pod of male narwhal in Nunavut, Canada

Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique

Le Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique soutient la recherche et les mesures d’intendance visant à préserver certaines des espèces les plus emblématiques du Canada.

Protéger les espèces dans un Arctique en changement

Bélugas, baleines boréales, narvals, caribous toundriques, ours polaires et morses figurent parmi les nombreuses espèces arctiques qui bénéficient de la recherche de haut niveau et des mesures d’intendance associées au Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique. Par le biais de la recherche, nous tentons d’implanter des mesures et des lois qui sont à la fois efficaces et pertinentes pour la conservation des espèces arctiques au sein de leurs aires de répartition, tout en utilisant les meilleures et les plus récentes connaissances scientifiques disponibles, ainsi que les connaissances écologiques traditionnelles (CET) et la participation directe des Premières Nations.

Une histoire à succès

Depuis la création du Fonds en 2016, plus de 60 projets ont été soutenus à travers l’Arctique canadien. Les résultats de ces projets comprennent :

  • La découverte d’une nouvelle façon pour le narval d’utiliser sa défense pour se nourrir, dans la région du détroit de Tremblay;
  • Le développement d’une méthode de recherche non invasive utilisant des drones pour étudier les habitudes alimentaires et les paramètres démographiques associés aux populations de baleines boréales;
  • La mise à jour des estimations des sous-populations d’ours polaires, de même que de nouveaux renseignements sur les déplacements et sur l’efficacité de la reproduction de ces ours dans la portion occidentale de la baie d’Hudson;
  • La surveillance acoustique et l’analyse basée sur des relevés aériens, afin de déterminer comment le trafic maritime accru et les opérations brise-glace effectuées le long des voies de navigation proposées affectent les mammifères marins au nord de l’île de Baffin;
  • Une campagne de sensibilisation sur l’importance de la conservation du caribou toundrique au sein des communautés du Nord;
  • L’élaboration d’une méthode de recherche pour étudier les conséquences de la perturbation du caribou toundrique;
  • La cartographie de toutes les échoueries de morses connues au Canada pour plaider en faveur de l’évitement de ces zones par les navires par l’entremise des Guides pour les navigateur.trice.s et en intervenant dans les projets de développement industriel.

Qui peut déposer une demande?

Les candidat.e.s de tout horizon (groupes communautaires, organisations de chasseur.se.s et trappeur.se.s, gouvernements, universités, chercheur.se.s indépendant.e.s, organisation non-gouvernementales, etc.) et de tous les champs d’étude (savoirs autochtones, Qaujimajatuqangit inuit(IQ), sciences de la nature, sciences sociales, etc.) sont éligibles.

Les types de projets priorisés par le Fonds sont les suivants :

  • Innovations en matière de techniques de recherche sur les espèces;
  • Développement de méthodes de recherche non invasives;
  • Soutien au développement d’aires protégées (marines ou terrestres) et de réseaux communautaires;
  • Quantification des effets découlant des changements environnementaux sur les espèces prioritaires;
  • Caractérisation environnementale des aires de mise bas du caribou toundrique, dans un climat en plein changement;


  • Quantification des effets de la perturbation des ours polaires durant la mise bas;
  • Méthodes visant à réduire les conflits entre les ours polaires et les humains au sein des communautés;
  • Quantification des effets des brise-glaces et du bruit sous-marin sur les mammifères marins;
  • Identification et caractérisation des habitats essentiels pour les mammifères marins.

Comment déposer une demande?

La période de dépôt est terminée. Veuillez écrire à arcticspecies@wwfcanada.org pour toutes questions au sujet du Fonds.

Les projets du Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique

Le Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique en est à sa quatrième saison de présence sur le terrain. Nos projets pour 2019-2020 incluent de la recherche sur les enjeux suivants :

© naturepl.com / Sue Flood / WWF Des bélugas (Delphinapterus leucas) pris à un trou d'air trop loin de la mer libre.

 

Baleines arctiques

Des satellites aux drones, en passant par la mesure des impacts des dérèglements climatiques, nos projets sur les baleines arctiques se concentrent sur :

  • L’analyse des données recueillies par des années de collecte de données durant les camps narvals pour déterminer les routes de migration et les principaux habitats d’hiver et d’été du narval.
  • L’évaluation de l’impact des dérèglements climatiques sur les aires protégées existantes, y compris l’aire de conservation Disko Fan dans la baie de Baffin. Le projet examinera si cette zone est toujours utilisée par le narval et étudiera leurs vocalisations pour savoir si cette zone est encore un important terrain de recherche de nourriture pendant les mois d’hiver.
  • L’analyse d’échantillons des tissus de narvals remontant aux années 1970 par rapport aux années actuelles, afin de déterminer la santé relative et le stress de la population au fil du temps.
  • L’analyse des données de suivi par satellite pour déterminer l’habitat essentiel du béluga de la baie Cumberland, l’un des bélugas les plus menacés au Canada et inscrit sur la liste de la Loi sur les espèces en péril.

 

© Peter Ewins / WWF-Canada polar bears

Ours polaires

Les taux de conflit entre l’homme et l’ours polaire n’ont jamais été aussi élevés dans la région de l’ouest de la baie d’Hudson, au Nunavut. Les projets de recherche de cette année sont conçus pour :

  • Identifier les ours polaires qui causent des problèmes autour des communautés de Churchill, au Manitoba et d’Arviat, au Nunavut, à l’aide de pièges photographiques.
  • Suivre les ours polaires problématiques pour accroître la sécurité de la communauté et des ours. Ces travaux éclaireront la planification en vue de réduire au minimum les conflits entre l’humain et l’ours polaire.
© Alexandre Paiement Barren Ground Caribou

Caribou toundrique

Presque tous les troupeaux de caribous toundriques du Canada sont en plein déclin démographique. Les projets de recherche que nous appuyons permettront :

  • D’observer le comportement des caribous à proximité et à distance des sites miniers, surveiller les niveaux de stress par l’analyse des excréments et suivre les déplacements des animaux porteurs d’un collier.
  • D’établir un réseau de gardien.ne.s autochtones pour conserver le troupeau de Bathurst, l’une des populations de caribous les plus en déclin au Canada.
  • De documenter les connaissances des Inuit.e.s sur le caribou au Nunavik, au Québec, où le troupeau de la rivière George a diminué de 99 %.

 

À propos de notre travail en Arctique

Notre équipe dévouée de chercheur.se.s et spécialistes de la conservation travaille sans cesse pour collecter des faits et des données pour mieux diriger leurs efforts. Une section de ce site est dédiée à leur travail.

En savoir plus