© Shutterstock Atlantic Walrus Swimming

Morse de l'Atlantique

Le morse de l’Atlantique (Odobenus rosmarus) est particulièrement sensible aux changements affectant son habitat. Les dérèglements du climat causent l’évolution rapide de son monde.

À propos du morse de l’Atlantique

Le morse de l’Atlantique est connu pour sa présence imposante, ses moustaches et ses défenses en ivoire qu’il utilise pour briser la glace ou pour se hisser hors de l’eau. Autant les femelles que les mâles sont muni.e.s de défenses, qui peuvent parfois atteindre plus de 90 cm de long.

Au Canada, on retrouve de petites populations de morses de l’Atlantique dans l’Extrême Arctique et dans la région arctique centrale. Entre le 17e et le 19e siècle, les morses de l’Atlantique ont été chassés pour leur ivoire, leur viande et leur graisse, jusqu’au bord de l’extinction. Les populations que l’on retrouvait autrefois dans le Saint-Laurent, à Terre-Neuve et en Nouvelle-Écosse sont maintenant éteintes.

Le morse est apparenté aux phoques et aux lions de mer, et tout comme les mammifères marins à nageoires, lorsqu’il n’est pas dans l’océan, il vit en groupes, sur la terre ou la banquise, au sein de ce que l’on appelle une échouerie.

Faits concernant les morse de l'Atlantique

Baby and Adult Atlantic Walrus

Morse de l'Atlantique

Espèce préoccupante

Nom scientifique :

Odobenus rosmarus

Statut :

Préoccupant

Statut préoccupant Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition par l’effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard.

Poids adulte :

Jusqu’à 1100 kg

Longueur :

Jusqu’à 315 cm

Alimentation :

Mollusques trouvés au fond de l’océan

Population :

Estimée à environ 21 400 individus

Habitat :

Arctique de l'Est du Canada, Groenland et Norvège

Le saviez-vous?

Les morses ont besoin d’une zone tampon d’environ 5 km autour de leurs échoueries pour leur protection.

Localisation des échoueries de morses de l’Atlantique.

Qu’est-ce qu’une échouerie de morse?

Les morses préfèrent passer du temps sur la banquise en petits groupes appelées échoueries. C’est là qu’ils se reproduisent, se reposent et socialisent. Cela leur permet aussi d’avoir un meilleur accès à la nourriture, comparativement aux échoueries terrestres. Lorsque la banquise rétrécit ou disparaît, les morses doivent se tenir en plus grands groupes, sur terre. Cette situation peut être dangereuse si les individus très sensibles sont pris par surprise.

© Lin Pepper Walrus (Odobenus rosmarus) in Poolepynton point in Svalbard, Norway

Menaces

Il existe deux sous-espèces de morses : de l’Atlantique et du Pacifique. Et le monde change très vite pour toutes les deux.

Les morses sont peut-être massifs, mais ils sont extrêmement sensibles aux bruits et au stress. La fonte de la banquise apporte des opportunités économiques pour l’Arctique, entre autres par l’exploration pétrolière et gazière, et l’augmentation de la navigation à travers des habitats marins fragiles. Ce bruit et cette activité perturbent les morses. Une nuisance peut mener à une panique, qui peut être fatale pour ces animaux.

Pour observer les effets déchirants causés par une panique chez les morses du Pacifique, regardez cet extrait tiré de la série documentaire Notre planète, une production originale de Netflix en collaboration avec Silverback Films et le WWF.

Ce que fait le WWF-Canada

À la fin de l’été et au début de l’automne, lorsque la banquise est à sa plus faible superficie, les sites d’échoueries terrestres deviennent des habitats essentiels pour les morses. Le WWF travaille à minimiser les perturbations sur ces sites en insistant pour des protections terrestres à long terme. Grâce au Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique, le WWF a participé à la cartographie des aires d’échoueries qui informe actuellement les dirigeant.e.s à travers le processus du Plan d’aménagement du territoire du Nunavut. Ce plan de gestion pourrait garantir des protections pour ces habitats.

Le WWF a également soutenu un rassemblement d’expert.e.s des morses à travers le Nunavut pour développer des stratégies de gestion basées sur les connaissances inuites à propos des morses et de leur territoire. La priorité du WWF est d’encourager une récolte autochtone durable qui saura assurer la survie à long terme des sous-espèces.

© Kevin Schafer / WWF Odobenus rosmarus divergens Pacific walrus Males at

Ce que vous pouvez faire

Comme l’Arctique se réchauffe, la banquise continuera de fondre. Lorsque vous soutenez le WWF-Canada, vous nous aidez à assurer la protection des morses et de leur habitat.

Donner Adoptez