Demandez d'interdire les rejets dans les aires marines protégées

Nageriez-vous dans une piscine remplie d’eaux usées, d’eaux grises contaminées et d’eaux de lavage des systèmes d’échappement des navires? Pourtant, les espèces marines y vivent.

Dites au gouvernement canadien que rejets ne rime pas avec protection marine.

Agir

 

Les espèces marines en ont assez des rejets. Tout comme les parcs nationaux terrestres, les aires marines protégées (AMP) canadiennes devraient représenter des refuges où les espèces peuvent se rétablir des conséquences des activités humaines.

Pourtant, les bélugas, les tortues luth, les poissons, les oiseaux marins et d’autres espèces en péril qui fréquentent nos aires marines protégées sont toujours menacés par les rejets et les déchets nuisibles des navires de croisière et commerciaux. De plus, des métaux lourds, des microplastiques et des virus et bactéries nocives provenant des eaux usées contaminées peuvent intégrer le réseau alimentaire marin jusqu’à se retrouver dans nos assiettes.

Nous ne pouvons dire d’une zone qu’elle est « protégée » si les rejets des navires de croisière ou commerciaux sont toujours permis, peu importe la quantité.

Envoyer cette pétition générera automatiquement un courriel à votre député.e fédéral.e, au premier ministre et à d’autres ministres influent.e.s pour exiger qu’une définition détaillée des déversements interdits fasse partie de leur engagement pour la santé des écosystèmes marins et des communautés qui en dépendent.

© Scott Veirs, beamreach.org/Marine Photobank Southern Resident Killer Whale

Pourquoi ces rejets sont-ils encore permis au Canada?

Bien que le gouvernement fédéral ait déclaré de nouvelles normes minimales interdisant les déversements dans les AMP au pays, il faut encore déterminer ce qui est considéré comme un déversement, et comment ces normes seront mises en œuvre et appliquées. Sans définition détaillée, nous risquons que les protections soient trop faibles pour remplir leur fonction.

Les règlements concernant les déversements dans ces zones écologiquement vulnérables ne peuvent pas rester sujets à interprétation. Pour s’assurer que les AMP du Canada sont protégées adéquatement, l’interdiction de déversements doit signifier qu’AUCUN rejet d’eaux usées, d’eaux grises, de déchets, d’effluents des épurateurs de système d’échappement, d’eaux de ballast et de mélanges d’hydrocarbures n’est permis.