La nature se réveille

Avec le retour du beau temps, les espèces animales et végétales se réveillent et la nature reprend vie. Si vous avez manqué le tout premier café WWF-Canada virtuel du mardi 24 mars, vous n’êtes pas en reste! Voici les espèces urbaines qui, selon le spécialiste de la biodiversité urbaine du programme Québec, Steve Hamel, font le printemps.

Carouge à épaulettes

© Steve Hamel / WWF-Canada

Son retour est l’un des signes les plus précoces de l’arrivée des beaux jours : dès la mi-mars, on peut commencer à voir et à entendre le carouge à épaulettes, qui travaille à protéger son territoire de reproduction.

Goéland à bec cerclé

© Steve Hamel / WWF-Canada

Il revient chez nous après avoir passé les mois plus frais sur la côte Est, en Floride ou près des Grands Lacs. Le goéland à bec cerclé, qui a bien malgré lui mauvaise réputation en raison de son intérêt pour les restants de pique-nique jetés aux poubelles, reste d’une grande beauté. Il mérite d’être bien observé au printemps, alors que ses couleurs sont à leur plus fort, lorsque le mâle tente de séduire la femelle.

Fourmi Lasius minutus 

© Steve Hamel / WWF-Canada

Les fourmis Lasius minutus créent d’immenses monticules, qui ne sont visibles qu’au printemps. Pour réussir à les observer, il faut ouvrir l’œil dès que la neige fond. Chaque monticule est une fourmilière, qui est en fait une culture de pucerons dirigée par la colonie de fourmis. Elles se nourrissent du miellat, un liquide épais et visqueux produit par les pucerons, qui eux se nourrissent de la sève venant des racines des arbres. Ce qui expliquerait pourquoi ces monticules sont parfois reliés aux frênes noirs, des arbres normalement présents dans les boisés humides.

Bernache du Canada

© Steve Hamel / WWF-Canada

La bernache du Canada, souvent appelée « outarde » par erreur, indique pour plusieurs le printemps, lorsqu’on la voit revenir de sa migration en traversant le ciel en formation grand V. Mais si elle indique le printemps, elle indique surtout la fonte des neiges, et il peut donc être possible de l’apercevoir même en janvier!

Bruant chanteur

© Steve Hamel / WWF-Canada

Le bruant chanteur est reconnu pour son – vous l’aurez deviné – chant! Cette douce mélodie est sans contredit le signe que le printemps est très bien amorcé!

CLIQUEZ ICI pour entendre le Bruant chanteur.

Marmotte commune

© Steve Hamel / WWF-Canada

C’est le mâle marmotte qui sort en premier de son terrier. Avant même de commencer à se nourrir, il marque son territoire en frottant ses glandes buccales contre des pierres, des arbres ou tout autre objet présent sur son territoire. La femelle sort normalement une à deux semaines plus tard. Lorsqu’elle est prête à s’accoupler, dans les jours suivant sa sortie, elle acceptera les avances du mâle. Si vous souhaitez observer le comportement des marmottes, notez qu’elles sont plus faciles à voir au printemps, puisqu’il y a encore peu de végétation.

Grenouille des bois

© Steve Hamel / WWF-Canada

La grenouille des bois commence à chanter et à se reproduire même quand il reste encore de la glace dans l’eau. Et au tout début du printemps, il est déjà possible de voir des agglomérations d’œufs apparaître.

Rainette faux-grillon de l’Ouest 

Rainette faux-grillon de l’Ouest
Creative Commons CC0

En plus de sa très petite taille et de son chant caractéristique qui rappelle les stridulations du grillon, la rainette faux-grillon de l’Ouest se distingue par son statut d’espèce menacée.  Cette rainette est notamment menacée à cause de la destruction de son habitat : les milieux humides. Elle convoite malheureusement des terrains qui sont aussi très prisés par les humains pour le développement d’habitats ou d’infrastructures.

— Pour la découvrir plus en profondeur, lisez notre blogue La petite grenouille menacée qui fait le printemps.  

Couleuvre rayée et crapaud d’Amérique

© Steve Hamel / WWF-Canada

Le crapaud d’Amérique et la couleuvre rayée sont tous les deux beaucoup plus faciles à observer au printemps, lorsqu’il y a moins de végétation. Le crapaud se retrouve ici dans une bien fâcheuse situation… Ses pustules, qui sécrètent un produit qui repousse plusieurs prédateurs, dont les mammifères, ne dérangent pas du tout la couleuvre rayée.

Polygone virgule

© Steve Hamel / WWF-Canada

Le polygone virgule est le premier papillon annonciateur du printemps. En effet, lorsqu’il se réveille au retour des beaux jours, il est déjà au stade adulte. Gardez les yeux grands ouverts!