Une heure pour la Terre met en lumière l’espoir pour les espèces et le climat

Une heure pour la Terre

Une heure pour la Terre aura lieu ce samedi, 27 mars, à 20 h 30 heure locale

TORONTO, 25 mars 2021 – Ce samedi 27 mars à 20 h 30, heure locale, Une heure pour la Terre – un des plus grands mouvements populaires mondiaux pour l’environnement – unira virtuellement des millions de personnes de partout dans le monde afin de demander des actions pour contrer la perte de biodiversité et la crise climatique.

Il y a plusieurs raisons de garder espoir en dépit du cycle sans fin de mauvaises nouvelles sur la double crise du climat et de la biodiversité. C’est pourquoi cette année, le Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada) met en lumière des gains pour la nature qui ont été atteints grâce à d’incessants efforts de conservation accomplis par des individus, des communautés autochtones, des groupes environnementaux, des entreprises et des gouvernements.

Pour assurer la sécurité de tou.te.s, alors que les restrictions reliées à la COVID-19 sont toujours en vigueur au pays, nous célébrerons virtuellement Une heure pour la Terre.

Megan Leslie, présidente-directrice générale du WWF-Canada, affirme :

« Chaque année, nous voyons de plus en plus de preuves des impacts que les dérèglements climatiques et la perte de biodiversité ont sur la planète. Nous savons que les nouvelles sont mauvaises. Cette année, nous voulons nous concentrer sur ce qui est possible quand nous agissons concrètement pour la nature. Cette édition d’Une heure pour la Terre nous donne l’occasion de réfléchir à ce qui est vraiment important dans le monde et de nous inspirer à créer des changements qui dureront bien au-delà d’une heure. »

Comment participer :

  • Éteignez toutes les lumières non essentielles à 20 h 30, heure locale
  • Joignez-vous à notre premier évènement virtuel d’Une heure pour la Terre : le soir d’Une heure pour la Terre, nous publierons sur nos réseaux sociaux une vidéo à ne pas manquer. Tout ce que vous avez à faire, c’est de la partager!
  • Demandez une relance verte au Canada en participant à notre campagne Une planète, une voix pour exiger du gouvernement qu’il priorise la nature dans le budget fédéral.
  • Apprenez-en plus sur Une heure pour la Terre 2021 et découvrez d’autres façons d’agir au-delà de l’heure.

 

L'Europe vue de l'espace, la nuit. Les lumières montrent l'activité humaine en Allemagne, France, Espagne, Italie et d'autres pays. Rendu 3D de la planète Terre, éléments de la NASA.
© Shutterstock

Histoires de rétablissement d’espèces d’ici :

  • La grue blanche est une espèce qui avait décliné jusqu’à ne compter que 14 individus à cause des pressions causées par la chasse et la perte d’habitat. Aujourd’hui, l’espèce se rétablit grâce à des efforts de conservation comme les aires protégées, notamment le parc national Wood Buffalo, sa seule zone de reproduction au Canada.
  • La marmotte de l’île de Vancouver est un petit mammifère qui ne se retrouve que sur l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. C’est une espèce endémique, c’est-à-dire qu’on ne la retrouve nulle part ailleurs dans le monde. Le Canada est donc le seul responsable de sa survie. Une estimation de la population de la fin des années 1970 indiquait qu’il ne restait que de 50 à 100 individus. Aujourd’hui, une variété d’actions de conservation a permis d’en accroître la population et d’atteindre les objectifs de rétablissement de l’espèce. Parmi ces actions, on retrouve la recherche et le suivi, puis la restauration, la protection et l’intendance de l’habitat, ainsi que la reproduction en captivité et la réintroduction dans la nature.
  • Si le macareux moine a connu un déclin mondial de sa population, la population canadienne a abondamment augmenté depuis les années 1970 en raison de plusieurs facteurs, dont la réduction des prises accessoires découlant de l’interdiction de la pêche à filet maillant de la morue franche et du saumon atlantique.
  • Soyez au rendez-vous avec le WWF-Canada ce samedi soir pour apprendre quelles autres espèces se sont rétablies grâce à la conservation!

À propos d’Une heure pour la Terre

Une heure pour la Terre est l’initiative environnementale mondiale du WWF. Né à Sydney en 2007, Une heure pour la Terre est devenu le mouvement écocommunautaire le plus important au monde. Il inspire les individus, les communautés, les entreprises et les organisations de plus de 180 pays et territoires à poser des gestes concrets pour la nature. Historiquement, Une heure pour la Terre se centrait sur la crise climatique, mais au cours des dernières années, le mouvement a travaillé à amener l’enjeu pressant de la perte de biodiversité à l’avant-scène. Le but est de créer un mouvement inarrêtable en faveur de la nature, comme lorsque le monde s’est rassemblé pour s’occuper des dérèglements climatiques. Cette initiative reconnaît le rôle de chacun.e lorsque vient le temps de créer des solutions aux défis environnementaux les plus pressants. Elle unit les forces de millions de sympathisant.e.s pour propulser le changement.

Liens destinés aux médias :

 

À propos du Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada)
Le WWF-Canada propose des solutions aux grands défis de conservation qui nous tiennent tou.te.s à cœur. Nous menons des projets dans des lieux uniques et de grande valeur environnementale, afin que la nature et les humains cohabitent en harmonie. wwf.ca/fr

Pour plus de renseignements

Laurence Cayer-Desrosiers, spécialiste des communications, WWF-Canada
lcdesrosiers@wwfcanada.org, +1 514-703-2409