Les connaissances de haute technologie et autochtones unissent leurs forces pour protéger les animaux les plus à risque de l’Arctique

Les 10 bénéficiaires du Fonds de conservation des espèces de l’Arctique du WWF-Canada mettent l’accent sur l’ours polaire, le narval, le béluga et le caribou


Un resurfaçage narval pour respirer dans l’Arctique, Canada. © Paul Nicklen / National Geographic Stock / WWF-Canada

Employant satellites et drones pour sauvegarder le béluga. Utiliser les connaissances inuites pour prévenir le caribou Extinction. Mesurer les impacts climatiques sur le narval. Réduction de l’ours humain-polaire Conflits. Ce ne sont que quelques récipiendaires de recherche de la cinquième saison sur le terrain pour le Fonds de conservation des espèces de l’Arctique du WWF-Canada.

Établi en 2015, ce fonds soutient la recherche et l’intendance de haute qualité de l’emblématique comme le béluga, les baleines boréales, le narval, le caribou des terres arides, les ours et morses.

Carte du Projet du Fonds pour la conservation des espèces de l’Arctique 2019. © Will Merritt/WWF-Canada

Mettre l’accent sur les espèces les plus en péril Nunavut, Québec, Manitoba et Territoires du Nord-Ouest, les projets 2019-2020 Inclure:

  • Le béluga isolé et menacé de Cumberland Sound
  • Le troupeau de caribous à terre aride de Bathurst, qui a décliné de 98 % depuis 1986
  • Le troupeau de la rivière George du caribou migrateur de l’Est qui a diminué de 99 % depuis 2001
  • Le narval d’Eclipse Sound, qui sont exposés à des niveaux élevés de l’expédition et l’évolution des conditions de glace
  • La sous-population d’ours polaires de la baie Western Hudson où la glace de mer décline et les conflits avec les communautés locales augmentent rapidement

Arctique Baleines

Une surface de narval dans l’Arctique, Canada. © Paul Nicklen / National Geographic Stock / WWF-Canada

Analyser des années de données à partir camp de narval pour déterminer où vont le narval et quels défis ils font face

Après des années d’expéditions réussies au camp de narval — l’initiative de marquage des narvals soutenue par le WWF dans l’Extrême-Arctique — nous analysons maintenant ces données extraordinaires. Les priorités comprennent l’identification des routes migratoires et des habitats d’hiver et d’été de base ainsi que l’étude de la façon dont le réchauffement climatique et l’augmentation de la présence des navires affectent les baleines.

Partenaires de projet – Université de Windsor, ministère des Pêches et des Océans Canada

Comme le changement climatique affecte le narval, protégeons-nous le bon habitat de l’hivernage des narvals?

Dans un écosystème arctique qui se réchauffe, nous nous attendons à des changements gammes et habitudes de la faune. Au fur et à mesure que ces changements se produisent, il est important de évaluer les aires protégées existantes pour voir si elles accomplissent ce qu’elles ont été désignés pour le faire.

Ce projet permettra d’étudier si le narval utilise toujours la zone de conservation des ventilateurs Disko dans la baie de Baffin, et d’étudier leurs vocalisations pour savoir si cette région est encore un terrain de recherche de nourriture important pendant les mois d’hiver.

Partenaires de projet – Université de Windsor, ministère des Pêches et des Océans Canada

Mesurer le stress du narval exposé à développement industriel dans un environnement en évolution rapide

Ce analysera les échantillons de tissus provenant de narvals datant des années 1970 par rapport aux années en cours afin de déterminer la santé et le stress relatifs de la population au fil du temps. Récemment, ce groupe de narvals a été exposé à un quantité intense de navires de minerai de fer pendant les mois d’été, et le changement climatique modifie rapidement les conditions de leur habitat.

renseignements sur la façon dont les animaux réagissent à ces changements sont essentiels à nos efforts pour assurer un avenir où les narvals ne sont pas menacés par le développement industriel.

Partenaires de projet – Université de Calgary, Pond Inlet Hunters and Trappers Organization

Bélugas à Churchill, Canada. © Robin McManus / WWF-Canada

Déterminer l’habitat essentiel et les zones de pépinière pour l’une des populations de bélugas les plus menacées au Canada

Le béluga de Cumberland Sound est l’un des menacés au Canada et sont inscrits en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Ce projet analysera les données de suivi par satellite afin de déterminer l’habitat essentiel de la population et utiliser la technologie des drones aériens pour évaluer l’utilisation de l’habitat des veaux, contribuer à la bonne planification et à la récupération de ces baleines.

Partenaires de projet – Université du Manitoba, Pêches et Océans Canada, Pangnirtung Hunters and Trappers Organization

Documenter les habitats clés pour les mammifères marins et caribou dans la région de l’établissement d’Inuvialuit

un d’importants processus de planification sont en cours dans l’ouest de l’Arctique canadien qui déterminer les zones prioritaires pour la conservation de la faune et le développement industriel Possibilités.

Ce documentera les connaissances autochtones sur les domaines qui doivent être mis de côté zones prioritaires pour la faune emblématique comme le béluga, les dauphins et le caribou de l’Union, et le bœuf musqué pour assurer des écosystèmes sains et résilients qui soutiennent la population et les animaux de la région.

Partenaires de projet – Jeu Inuvialuit Conseil, Société régionale d’Inuvialuit, Secrétariat conjoint d’Inuvialuit

Ours polaires

La radio d’étiquette d’oreille s’est déployée sur un ours polaire mâle adulte dans l’ouest de la baie d’Hudson. © Université de l’Alberta / WWF-Canada

Utilisation de pièges à caméras pour comprendre ce qui contribue au conflit entre les ours polaires et les personnes

Homme-polaire les taux de conflits entre ours sont à un niveau record dans la région de l’ouest de la baie d’Hudson Nunavut, avec de graves préoccupations en matière de sécurité communautaire.

Ce projet utilisera des pièges à caméras pour ours qui causent des problèmes autour de la communauté de Churchill, MB et Arviat, NU et déterminer quand et pourquoi les ours polaires s’approchent des communautés et des camps, et ce qui est le moteur de ces interactions négatives.

Partenaires de projet – Université de la Saskatchewan, Arviat Hunters and Trappers Organization, Churchill Northern Studies Centre

Suivi des problèmes d’ours polaires afin d’accroître la sécurité des collectivités et des ours

WWF est un partenaire de longue date de la plus grande étude complète à long terme de l’ours polaire, qui se produit dans la région de Churchill. Cette année, ce projet continue de se concentrer sur les mouvements des ours polaires ont causé des problèmes à Churchill pour mieux comprendre quels types d’ours sont sujettes aux conflits. Ce les travaux éclaireront la planification visant à réduire au minimum les conflits humains entre les ours polaires et à sécurité communautaire.

Partenaires de projet – Université de Alberta, gouvernement du Manitoba, Environnement et Changement climatique Canada, Gouvernement du Nunavut

Terre-Barré Caribou

Deux caribous à terre stérile dans les Territoires du Nord-Ouest, canada. © Jeremy Harrison / WWF-Canada

Évaluer l’intervention du caribou dans les mines par leur comportement, leurs habitudes de migration et leur merde

dans troisième année de ce projet soutenu par le WWF, l’équipe de recherche sera de retour pour une dernière saison sur le terrain pour quantifier l’effet de l’infrastructure minière sur caribous de terre stérile.

le observera le comportement du caribou, surveillera leur niveau de stress en analysant leur merde, et suivre le mouvement des animaux à collier. Ce informera la planification du développement industriel afin de s’assurer que les impacts sur les caribous sont réduits au minimum pour les projets actuels et futurs.

Partenaires de projet – Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, Université du Nord de la Colombie-Britannique,

Développer un réseau de gardiens autochtones pour conserver le troupeau de Bathurst, l’une des populations de caribous les plus décimées au Canada

le Le troupeau de caribous de Bathurst a diminué rapidement au cours des dernières années, 50 % supplémentaires depuis 2015 après avoir connu une population depuis les années 1980.

Ce projet réunira des partenaires de l’ensemble du troupeau pour déterminer les étapes qui doivent être pris pour s’assurer que le troupeau et son habitat ont une chance de combat à Récupération.

Partenaires du projet – Wek’éezh’i Renewable Resources Board, Gouvernement de Tôch, Première nation de Yellowknives Dene, Première nation Lutsel K’e Dene, Conseil régional de la faune de Kitikmeot, Première nation Athabasca Denesuliné, Nation métisse des Territoires du Nord, Esclave du Nord Alliance métisse

Documenter les connaissances inuites sur le caribou au Nunavik, au Québec. où le troupeau de la rivière George a diminué de 99 %

Des déclins de caribous se produisent à travers le pays, y compris le Nunavik, le tiers nord du Québec, où le une fois que le troupeau de 800 000 personnes de George River n’est plus que de 5 500 animaux.

Des mesures immédiates sont nécessaires pour protéger les autres membres de ce troupeau et le troupeau de la rivière Leaf, qui est également en forte baisse. Ce projet consultera les Inuits touchés communautés pour déterminer comment conserver au mieux ces fils sous les la réalité d’une population abrupte diminue.

Partenaires de projet – Makivik Corporation, Société du Plan Nord

Ces projets indépendants de l’ASCF répondent tous aux principaux objectifs du WWF-Canada dans l’Arctique, qui sont d’atténuer les impacts du développement industriel sur les espèces, de promouvoir les valeurs de conservation communautaire, d’élargir les connaissances écologiques des espèces et de leur statut de population, et assurer une protection essentielle de l’habitat